Observons et parlons de tout ce qui concerne notre planète et son humanité... Du plus probable au plus improbable...
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Union nord-américaine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rubbergodz
100 message il n'y aurai pas de message..(jeux de mots)
avatar

Nombre de messages : 169
Date d'inscription : 06/07/2006

01062008
MessageUnion nord-américaine

Étant donner que le sujet n'est pas encore abordé,je vais faire ma part des choses pour diffuser l'information qui est tenue secrète par nos élus,un complot organisé par nos voisins les U.S.A ou si vous voulez la CFR (Le Council of Foreign Relations) qui conseille l'administration Bush,qui consiste à ce que le Canada soit « effacé » d'ici 2010. Le Québec, tel qu'il existe aujourd'hui, par rapport à son code civil et autres protections de la culture francophone, doit aussi subir une « transformation » d'ici 2010 sous le contrôle Anglo-Américain.

Qui aura le devoir d'implanter l'union nord américaine? Probablement Pauline Marois,elle est membre de la FINA, un organisme «à but non lucratif» basée à Montréal et qui projette le «nouveau Parlement» de l'Amérique du nord,organisme associe à la ALENA (Accord de libre-échange nord-américain)dont le président est Georges Bush père.
Pauline sans doute peut faire quelques sous de plus en appuyant le gros mensonge que le Québec deviendra indépendant. Et si elle vous dit qu'aujourd'hui que la souveraineté est reléguée aux «oubliettes»... c'est parce qu'elle joue le jeu et on pourra dire adieu à notre culture et notre belle constitution et de surcroit il pourront bénéficier de nos richesses naturelles comme notre or bleu l'«eau».

Et il y aura une nouvelle monnaie qui est déjà frapée à Denver,elle se nomme l'Amero,une copie pâle de l'Euro,il y a le fameux blason des USA l'aigle royal qui tient dans ses pattes le globe terreste et le continent d'amérique en avant plan.Systématiquement c'est le même plan qui a été exécuté en Europe pour l'union europeenne.

C'est un plan de longue haleine pour implanter le nouvel ordre mondiale, puisque la prochaine étape sera d'unir les deux continents pour ne former qu'un seul gouvernement de gré ou de force.

Il y a d'excellents reportages ici




Dernière édition par rubbergodz le Mar 01 Juil 2008, 12:25 am, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

 Sujets similaires

-
» Le Nouvel-Ordre Mondial et l`Union Nord-Américaine
» Nouvel Ordre Mondial - l`Union Nord-Américaine
» Des catastrophes soudaines doivent frapper l'Amérique et le choc se fera sentir dans le monde entier
» Vers une communauté nord-américaine - Pierre Hillard
» Le Canada et le Mexique absorbés bientôt par les USA ?
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

Union nord-américaine :: Commentaires

avatar
Re: Union nord-américaine
Message le Dim 01 Juin 2008, 2:30 am  gurth
Pourquoi ne pas envoyer ces informations aux média soit à tous les médias...de là onverra quel média est contrôlé...

Il se peut fort bien que cela fasse boule de neige.. moi qui croyait au PQ pour faire un Qu;bec souverain/indépendant du reste du Canada!!!!

Si nous faison parvenir en groupe ce genre de texte il devrait au moins en parler....débute la petite boule de neige etelle devrait grossir de par elle même ?
avatar
Re: Union nord-américaine
Message le Dim 01 Juin 2008, 11:20 am  Axi-Ohm
Citation :
L'«amero» n'est pas exclu, dit David Dodge
Jesse Caron, LesAffaires.com 22 mai 2007

L’Amérique du Nord pourrait un jour utiliser une monnaie unique comme l’euro, dit le gouverneur de la Banque du Canada, David Dodge.

David Dodge a avancé cette possibilité en marge d’un discours livré à Chicago et que cite ce matin le Globe and Mail.

D’après le gouverneur de la banque centrale canadienne, le Canada, les États-Unis et le Mexique devront franchir certains obstacles avant d’en arriver là. M. Dodge a notamment fait mention des barrières qui limitent la libre circulation de la main-d’œuvre entre les trois pays.

Certains théoriciens canadiens considèrent l’adoption d’une monnaie unique comme une voie pour éviter les fluctuations du taux de change entre le Canada et les États-Unis. La flambée du huard ces dernières années rend les produits canadiens beaucoup moins compétitifs aux États-Unis, le principal marché d’exportation du Canada.

D’aucuns croient qu’une monnaie nord-américaine unique pourrait être créée de toutes pièces et s’appeler l’amero. D’autres croient plutôt que le dollar américain serait adopté d’emblée, ce qui enlèverait au Canada et au Mexique une bonne dose de contrôle sur leur économie.

Je ne savais pas, ça... Merci pour ton sujet Rubbergodz, en échange je te donne un de mes casques anti-haarp-er , vu que t'aimes bien le mien...
avatar
Re: Union nord-américaine
Message le Dim 01 Juin 2008, 11:34 am  Guizmo
Mon père quand il était jeune avait entendu parler que les USA voulait la partie du Québec au Sud du fleuve. Il m'en parlait quand j'étais jeune. De même que la prophétie que l'ile de Montréal coulerait un bon jour à cause de ses fondations qui se minerait par le fleuve.

Politiquement parlant, je serait le plus surpris que le Québec deviendrait indépendant et autonome même s'il est serait capable sans aucun problème de façon théorique.

J'ai toujours pensée que si on devenait "indépendant", on se ferait acheter par les USA pour payer notre dette probablement fictive, et mieux se faire exploiter pour notre eau et électricité abondante. Et il serait plus facile pour eux de servire de nous comme grosse poubelle pour ce qu'ils ne veulent plus. On est déjà la grosse poubelle des État limitrophe car il n'y a plus de place de leur côté.


Avec la parité de notre monais, c'est peut-être dans leur plan de la maintenir ainsi pour mieux faire passer l'Améro à la population. Ça évite de faire un taux de convertion entre les 2 pays et de la chicanne. Pour le Mexique, c'est une autre histoire pour continuer à les exploiter et nous affaiblir économiquement.

Pauline Marois peux bien avoir de difficulté à parler anglais et de nous dire que l'on est imbécile de ne pas être parfaitement bilingue et assimilé par les anglophones.
Re: Union nord-américaine
Message le Dim 01 Juin 2008, 5:59 pm  Invité
il y a ceci aussi:


La souveraineté du Canada menacée: la militarisation de l'Amérique du Nord
par Michel Chossudovsky

Mondialisation.ca, Le 10 septembre 2007

La juridiction du Canada sur les territoires du Grand Nord a été redéfinie à la suite de l’accord militaire intervenu en avril 2002 entre Ottawa et Washington. L’accord permet le déploiement de troupes américaines partout au Canada et la présence de navires de guerre américains dans les eaux territoriales canadiennes.
À la suite de la création du US Northern Command (NORTHCOM) américain en avril 2002, Washington a décrété unilatéralement que la juridiction du nouveau commandement s’étendait désormais sur un vaste territoire (terre, mer, air) allant du bassin des Caraïbes jusqu’à l’Arctique canadien.

L’ancien secrétaire de la Défense Donald Rumsfeld se vantait que « le NORTHCOM – avec l’ensemble de l’Amérique du Nord sous son commandement – fait partie de la plus grande transformation du Plan de commandement unifié depuis sa création en 1947. »
(sur la photo: le président George W. Bush, en août, au Sommet de Montebello)

Le Canada et le US Northen Command
En décembre 2002, après le refus du premier ministre Jean Chrétien que le Canada se joigne à NORTHCOM, une autorité militaire bi-nationale par intérim fut mise en place sous le nom de Groupe de planification binational (Binational Planning Group - BPG).

Alors que la participation canadienne au NORTHCOM aurait signifié l’intégration des structures de commandement militaire canadien à celles des États-Unis, la création du BPG repoussait temporairement cette intégration. Le BPG élargissait la juridiction du traité canado-américain de défense de l’espace aérien de l’Amérique du Nord (NORAD) pour y inclure dorénavant les mers, les territoires et les « forces civiles ».

Bien que cela n’ait jamais été reconnu officiellement dans les documents publiés, le BPG a été créé pour préparer la fusion du NORAD et du NORTHCOM, créant ainsi les conditions pour l’intégration du Canada sous le Commandement militaire américain du Nord.

Dès le départ, le BPG, bien que décrit comme une autorité militaire « indépendante », était intégré aux structures de commandement de NORAD et de NORTHCOM, les deux opérant à partir des mêmes quartiers généraux à la base de Paterson au Colorado. En pratique, le BPG opérait sous la juridiction du NORTHCOM, qui est dirigé par le Département américain de la Défense.

Lors de la visite du président Bush à Ottawa en décembre 2004, il a été convenu de prolonger le mandat du BPG jusqu’en mai 2006, dans le but de préparer la participation du Canada au NORTHCOM. En mars 2006, deux mois avant l’échéance, le BPG publiait un document d’un groupe de travail sur les enjeux sécuritaires en Amérique du Nord. Selon le document, « une approche continentale pour les questions de défense et de sécurité faciliterait la mise en place d’un système d’alerte maritime binational et une réponse conjointe aux menaces potentielles qui transcendent les frontières, les départements et agences de sécurité et de défense du Canada et des États-Unis. »

Le rapport proposait une « mission maritime » pour le NORAD, comprenant un système d’alerte maritime. Le rapport a servi de base de discussion pour la renégociation de NORAD, qui a immédiatement suivi la publication du rapport.

Le 28 avril 2006, une entente était signée derrière des portes closes par l’ambassadeur américain et le ministre canadien de la Défense Gordon O’Connor, sans débat préalable à la Chambre des Communes. Bien que NORAD existe toujours formellement, sa structure organisationnelle coïncide désormais avec celle de NORTHCOM. Le général américain Gene Renuart qui commande le NORTHCOM était à la tête de NORAD et major général Raul J. Sullivan est à la fois chef d’état-major de NORTHCOM et de NORAD.

À l’exception d’un général canadien présent pour la forme, qui occupe le poste de commandant adjoint, le commandement de NORAD coïncide avec celui de NORTHCOM. Les deux structures militaires sont identiques et occupent les mêmes installations à la base aérienne Peterson au Colorado.

Le renouvellement de l’accord du NORAD, qui concédait le contrôle des eaux canadiennes aux États-Unis, n’a fait l’objet d’aucune annonce officielle et n’a fait l’objet d’aucune reportage dans les médias.

Le déploiement de troupes américaines en sol canadien

Dès la mise en place du Northern Command en avril 2002, le Canada a concédé aux États-Unis le droit de déployer des troupes américaines en sol canadien, par exemple « si le continent était attaqué par des terroristes qui ne respectent pas les frontières », rapportait le Edmonton Sun du 11 septembre 2002.

Avec la création du BPG en décembre 2002, un « plan d’assistance civile » bi-national a été mis sur pied. Ce dernier décrivait les conditions précises « pour déployer des troupes américaines au Canada, ou vice-versa, dans la foulée d’une attaque terroriste ou d’un désastre naturel », expliquait le magazine Inside the Army en septembre 2005.

La perte de la souveraineté canadienne

En août 2006, le Département d’État américain a confirmé qu’un nouvel accord sur le NORAD venait d’entrer en vigueur, en mettant l’accent sur le fait que les dispositions relatives au domaine maritime étaient « à durée indéterminée » et sujettes à des révisions périodiques. En mars 2007, le comité sur les forces armées du Sénat américain a confirmé que le nouvel accord sur le NORAD avait été officiellement renouvelé, pour inclure un système d’alerte maritime.

Au Canada, la nouvelle est virtuellement passée sous silence. Le gouvernement de Stephen Harper ne s’est pas prononcé officiellement sur l’accord, dont les implications sur la souveraineté territoriale canadienne n’ont pas été mentionnées. L’accord a à peine été évoqué dans les médias.

En opérant sous le blason « nord-américain », l’armée américaine aurait juridiction sur le territoire canadien d’un océan à l’autre. L’accord permettrait l’établissement de bases militaires « nord-américaines » en territoire canadien. D’un point de vue économique, on assisterait aussi à l’intégration du Grand Nord canadien et de ses vastes ressources naturelles, avec l’Alaska.

La décision prise par Ottawa en juillet dernier d’établir une base militaire à Resolute Bay dans le passage du Nord-Ouest ne visait aucunement à « réaffirmer la souveraineté du Canada ». Le but était en fait inverse. La décision a été prise de concert avec Washington. Un port en eaux profondes à Nanisivik, à la pointe nord de l’île de Baffin, est aussi envisagé.

L’administration américaine soutient fermement cette décision du gouvernement canadien. Le but est d’établir éventuellement un contrôle américain sur toute la région de l’Arctique canadien, y compris les voies maritimes. Ce territoire tomberait éventuellement sous la juridiction du US Northern Command (NORTHCOM).

Le Partenariat pour la sécurité et la prospérité
Le Partenariat pour la sécurité et la prospérité (PSP) signé entre les États-Unis, le Canada et le Mexique, envisage la formation d’une Union nord-américaine, un dominion territorial, qui s’étendrait des Caraïbes jusqu’à l’Arctique.


Le PSP est étroitement lié à l’initiative du Binational Planning Group. Un groupe de réflexion financé par le Council on Foreign Relations appelle à la tranformation du NORAD en un « Commandement de défense multiservices ». Un document de ce groupe intitulé « Communauté nord-américaine » rédigé pour le PSP reprend les revendications formulées par le BPG en mars 2006.

L’adhésion du Canada à ce « Commandement de défense multiservice » a déjà été approuvé et signé par le Parlement canadien en mai 2006, dans le cadre du renouvellement de l’accord du NORAD
.

La fusion officielle du « NORAD renouvelé » et du NORTHCOM américain mènerait à la formation d’un NORTHCOM canado-américain, doté d’un nouveau nom, mais avec le même mandat de « défendre le territoire nord-américain » contre les attaques terroristes. Les forces armées canadiennes et américaines seraient aussi appelées à jouer un rôle croissant dans l’application de la loi à l’intérieur des frontières.

Le vrai objectif du PSP est de militariser les institutions civiles et d’abroger les gouvernements démocratiques. Le Canada est situé à côté du « centre de l’empire ». Le contrôle territorial du Canada fait partie du programme géopolitique et militaire des États-Unis. Rappelons à cet égard qu’à travers l’histoire, la « nation conquérante » s’est étendue sur ses frontières immédiates en s’emparant de territoires voisins.

Intégration ou annexion du Canada ?

L’intégration militaire est intimement liée au processus actuel d’intégration dans les sphères du commerce, de la finance et de l’investissement. Inutile de préciser qu’une partie importante de l’économie canadienne est déjà entre les mains d’intérêts américains. Dans les faits, les intérêts des grandes entreprises au Canada tendent à être les mêmes que ceux des entreprises américaines
.

Le Canada est déjà de facto un protectorat économique des États-Unis. L’ALENA n’a pas seulement ouvert la porte à une nouvelle expansion des entreprises américaines, il a aussi mis la table pour l’intégration des structures de commandement militaire, de la sécurité publique, des forces de l’ordre et des services de renseignement après le 11 septembre 2001.

L’entrée du Canada dans le US Northern Command sera certainement présentée à l’opinion publique comme faisant partie de la « coopération Canada-États-Unis », quelque chose qui serait dans « l’intérêt national », qui créerait des emplois pour les Canadiens et « rendra le pays plus sécuritaire ». Ultimement, l’enjeu sera que le Canada pourrait cesser de fonctionner comme un État indépendant.

-Ses frontières seront contrôlées par des agents américains et de l’information confidentielle sur les Canadiens sera partagée avec le Département de la Sécurité intérieure.

-Les troupes et les forces spéciales américaines pourront entrer au Canada dans le cadre d’un accord bi-national .

-Les citoyens canadiens peuvent être arrêtés par des agents américains agissant au nom de leurs vis-à-vis canadiens, et vice-versa.

Plus fondamental encore, « l’intégration » amènerait le Canada à participer directement, à travers des structures de commandement intégrées, au plan guerrier des États-Unis en Asie centrale et au Moyen-Orient, incluant le massacre de civils en Irak et en Afghanistan, la torture des prisonniers de guerre, l’établissement de camps de concentration.

Lire l'article en anglais, Canada's Sovereignty in Jeopardy: the Militarization of North America, publié le 17 août 2007.

Re: Union nord-américaine
Message   Contenu sponsorisé
 

Union nord-américaine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
OBSERVONS LA PLANÈTE ! :: OBSERVEZ TOUT TOUT TOUT ! ACTUALITÉS-
Sauter vers: